...Voix d'Ecorce, de Plume et de Sève...

Bibliothèque de textes traduits ou d'articles concernant les Traditions de la Déesse et la Sorcellerie, en libre consultation. Ceci est un forum SANS AUCUN COMMENTAIRE, un maximum de textes bruts sont mis en ligne pour une consultation silencieuse.
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Traduction] Thargélia, Festival des Premiers Fruits - Auteur inconnu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iridesce
Bibliothécaire
avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: [Traduction] Thargélia, Festival des Premiers Fruits - Auteur inconnu   Lun 28 Mar - 15:28

Thargélia : Festival des Premiers Fruits
Traduction Lyoleth
http://la-lwe.bbfr.net/


Un festival des moissons dans les cultures nordiques doit se tenir en Septembre, mais dans les jours anciens en Europe du Sud et en Asie Mineure, comme aujourd’hui, les récoltes et leurs fêtes commencent en Mai ou Juin. La première des trois fêtes des moissons si précoces était Thargélia.

La route que nos pieds foulent
Est un chemin de moisson
Car Démeter de blond vétue
Emmène nos compagnons
Les premiers fruits de leur récolte
Elle se trouve là
Ou l’on sépare l’ivraie du bon grain
L’immense grange ou l’orge est gardée par Sa Grâce
(Idylls, Théocritus)

On considérait de très mauvais augure l’ignorance ou l’oubli de l’importance des « premiers fruits », cela pouvait entrainer la famine ou un sanglier sauvage qui dévasterait les champs. Les anciens faisaient très attention à leur reconnaissance envers la source de leur vie –la nourriture. Ils devaient amener leurs premiers fruits en offrande au temple de Démeter et les déposer devant l’image de la Déesse. Cette nourriture était ensuite ramassée et utilisée par les prêtresses du temple, ceci étant tout à fait acceptable pour des paiens.
En remerciement des bienfaits de la Déesse, la communauté nourrissait celles qui oeuvraient dans Son temple, les prêtresses.

Un charme de chance tenait une place importante dans Thargélia. Ce charme était fabriqué par les garçons et les filles là ou les parents habitaient, et consistait à décorer une branche d’olivier appelée Eiresione. Sur cette branche, les jeunes accrochaient toutes sortes de produits naturels ; laine sacrée du mouton tondu en premier, teintures blanches et violettes, glands tressés, cruches de vin ; figues, dattes et gâteaux d’orge. Ce charme était fixé sur la porte de la maison contre la maladie et la famine pour l’année à venir.

Eiresione apportait toutes les bonnes choses ; figues et gâteaux gras à manger, huile douce et miel sucré, la coupe de vin épais débordante qu’Elle pouvait faire boire avant le sommeil. Comme la branche était en olivier nous pouvons en déduire que ceci était dédié à Athéna, la Vierge. En d’autres endroits cela pouvait être en l’honneur d’Artémis, Ame de la Nature.

Bien que les patriarches qui arrivèrent ensuite (Aristote en est un exemple) parlèrent de « sacrifices » paiens pendant les époques de vénération de la Déesse, il était généralement tabou de tuer des animaux. Même les Olympiens ont observé régulièrement cette coutume, empreinte de tradition et de sagesse. Une telle période de tabou sur le meurtre d’animaux sauvages leur permettait de croître et de se multiplier.la forme d’offrande originelle paienne était l’aspersion de graines et d’eau sur l’autel avant l’accomplissement du rituel.

Quand nous semons notre orge lors de petites averses,
un petit bienfait envers les oiseaux est de notre fait.

La fête des moissons était préparée avec des gâteaux d’orge ou des mets à base d’orge, avec du fromage, des poireaux et des olives hachées.

Des variantes pouvaient exister, cependant, à l’évidence dans le texte suivant :

Le lait sacré de la génisse, blanc et doux à boire ;
Des gouttes brillantes de miel de fleurs
Avec l’eau jaillissante d’une source vierge
Du vin ancien de la mère sauvage
La joie des courants d’air pur et ce doux fruit brillant de l’olivier, jamais fleuri
Et des fleurs tressées enfants de la Terre Mère.

Durant Thargélia, il était important d’inclure des offrandes musicales à la Déesse. Des fêtes de musiques avaient lieu à cette époque et les gagnats des concours recevaient des trépieds spéciaux –utilisés en divination—pour pouvoir s’assoier pendant leurs créations.

Le festival de Thargélia offrait repos et détente, de même qu’un esprit de collectivité, et présentait généralement des processions de citadins qui parcouraient les rues avec leurs premiers fruits (herbes sauvages, terre battue, glands, orge, farine, gâteaux de figues sèches, gâteau d’orge, et marmites pleines de bonne nourriture). En passant devant chaque maison ils suspendaient le charme de chance (Eiresione) à la porte d’entrée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.iridescences.com
 
[Traduction] Thargélia, Festival des Premiers Fruits - Auteur inconnu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ian Rankin, auteur écossais
» Parade's End
» Festival TOUS EN BD à Clermont - Saint-Beauzire les 15 et 16 mai 2010
» Astérix invité au festival BD 2011 (Auchan)
» Une question qui me turlupine : droits d'auteur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
...Voix d'Ecorce, de Plume et de Sève... :: Sorcellerie :: Roue de l'Année :: Beltaine-
Sauter vers: