...Voix d'Ecorce, de Plume et de Sève...

Bibliothèque de textes traduits ou d'articles concernant les Traditions de la Déesse et la Sorcellerie, en libre consultation. Ceci est un forum SANS AUCUN COMMENTAIRE, un maximum de textes bruts sont mis en ligne pour une consultation silencieuse.
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Traduction] Embrasser la Mort - T. Thorn Coyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iridesce
Bibliothécaire
avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: [Traduction] Embrasser la Mort - T. Thorn Coyle   Dim 5 Juin - 11:32

Embrasser la Mort

in Evolutionary Witchcraft – T. Thorn Coyle.
Traduction et adaptation par Athénaïs.



La force de la mort dans le cycle de la vie est l’un des aspects importants du Nord et du pouvoir de la Terre. C’est une fois encore une juxtaposition du cube stable et du pentacle mouvant : la mort est une fin, et la mort est un simple changement. Pour m’en rappeler, je porte deux bracelets d’argent, l’un composé de petits crânes reliés, l’autre de petites symboles de l’infini. La finalité et le flux, le paradoxe de la mort et de la vie. J’apprends à l’embrasser tout entier.

Il y a bien des manières de voir ces cycles, car la vie et la mort sont tout autour de nous. On peut considérer une mouche prise dans une toile d’araignée : elle est morte, mais elle constitue aussi une nourriture pour l’araignée, donc elle participe à la vie. Parfois un oiseau tombe du nid ou une feuille jaunit sur la branche d’une plante verte. Lorsqu’on coupe la feuille, les parties vertes de la plante sont renforcées. L’oiseau se décomposera et finira par être une nourriture pour l’arbre. Nos vies sont le miroir des spirales du microcosme.

Il y a des années de cela, j’ai décidé que puisque je n’étais pas une jardinière, et que je n’aurai pas d’enfant, j’avais besoin d’explorer les cycles de la vie d’une manière différente. J’ai commencé par travailler dans un hospice, aux soins palliatifs. J’y ai beaucoup appris sur les pouvoirs du Nord : à propos de la mort et du corps. Il y a beaucoup de force dans la mort : tandis que le corps se bat contre les toxines qui le consument, l’étincelle de la vie lutte pour atteindre la surface. Les fonctions corporelles se perpétuent de manière de plus en plus erratique, plus du tout fiables, mais toujours présentes. J’ai souvent été réveillée au milieu de la nuit par une personne appelant à l’aide parce qu’elle avait souillé ses draps ou ne parvenait pas à se laver seule après une diarrhée.

Cette expérience m’a fait percevoir le combat de certains aspects de moi-même qui étaient en train de mourir pour induire un changement, mais persistaient à s’accrocher à la vie. J’ai aussi constaté que lorsque les choses meurent, elles ne sont pas forcément gracieuses ou jolies. Je résiste au changement, je combats maladroitement et je m’en plains, je me sens hors de mon élément et vulnérable, exposée, comme si quelqu’un pouvait voir ma diarrhée métaphysique. Et pourtant je cours toujours vers le changement, à toute vitesse, je m’approche de la fin. Et de nouvelles phases de ma vie naissent, j’apprends comment marcher dans mon nouveau monde.

Qu’avez-vous appris de vos cycles ? Quel est votre structure ? Respirez et demandez-vous, là, tout de suite, « Qu’est-ce qui doit laisser sa place pour que quelque chose de nouveau puisse croître ? » Réexaminez maintenant vos attitudes. Etes-vous prêt(e) à vous délier de celles qui ne vous servent pas, et à relâcher les énergies qu’elles entravent ?

Lorsque des situations ont fait leur temps, elles causent souvent des frustrations ou de l’inertie. Vous pouvez choisir d’utiliser les situations périmées comme un défi, pour stimuler votre nouvelle direction de pratique, ou vous pouvez choisir de vous en éloigner, de les laisser partir pour de bon. La Terre a pour elle le pouvoir du compost, du repos, de laisser assez d’espace et de nourriture pour que quelque chose de nouveau grandisse avec le temps.

Y’a-t’il des gens qui furent autrefois des amis, des amants, ou des collègues, qui ne vous aident plus du tout dans votre vie et dans votre pratique ? Ces relation peuvent-elles changer ou doivent-elles être coupées ?

Apprendre l’importance de la mort et du changement ne suscite pas toujours d’aussi grandes questions. Il y a parfois juste des choses qui tombent, et d’autres qui surgissent. Que pouvez-vous sélectionner dans votre vie ? Y’a-t’il chez vous des tiroirs pleins de feuilles que vous ne lisez plus ou de vêtements que vous ne mettez plus ? Y’a-t’il des projets qui ne vous excitent plus mais qui sapent tout de même votre énergie parce que vous ne vous en débarrassez pas ? Y’a-t’il une attitude à laquelle vous vous accrochez alors qu’elle ne sert pas ce que vous êtes devenu(e) ?

Faites une pause. Ouvrez ces tiroirs et commencez à trier ce qui est utile et ce qui peut être donné ou jeté. Nettoyez vos placards. Enlevez les feuilles mortes de vos plantes. Arrachez quelques mauvaises herbes.

Que voulez-vous laisser tranquille, ou couper, ou laisser mourir, pour apporter la possibilité d’une éventuelle vie nouvelle ? L’Hiver appelle. La Mort appelle. Pas de peur, juste le cycle. Sentez votre crâne sous la peau de votre visage. Vos os soutiennent votre existence.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.iridescences.com
 
[Traduction] Embrasser la Mort - T. Thorn Coyle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charmed
» Please help !!!
» Undertaker serait mort !!!!
» Dieu de la mort : 03/2008
» ou est la faux de La mort DOS ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
...Voix d'Ecorce, de Plume et de Sève... :: Traditions sorcières :: Feri-
Sauter vers: