...Voix d'Ecorce, de Plume et de Sève...

Bibliothèque de textes traduits ou d'articles concernant les Traditions de la Déesse et la Sorcellerie, en libre consultation. Ceci est un forum SANS AUCUN COMMENTAIRE, un maximum de textes bruts sont mis en ligne pour une consultation silencieuse.
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  [Texte] La Sorcellerie de Scott Cunningham

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tatanka Yotanka

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/05/2010
Age : 46
Localisation : limoges

MessageSujet: [Texte] La Sorcellerie de Scott Cunningham    Ven 20 Avr - 4:21

La Sorcellerie







La Sorcellerie a été présentée comme la religion la plus ancienne. Elle existait avant les civilisations primitives, avant que ne s'amorce la longue marche de nos ancêtres jusqu'au temps présent. Avant cette époque, les Sorcières agissaient comme guérisseuses, exerçant le pouvoir masculin et féminin. Elles pratiquaient la magie et parlaient aux esprits de la nature.

Les Sorcières ont été les premières personnes possédant un savoir qu'elles inventaient, découvraient, nourrissaient et utilisaient. Le savoir étant le pouvoir, les femmes et les hommes qui le possédaient en ces temps reculés étaient Sorcières.

Comment les Sorcières ont-elles conquis ou découvert ce pouvoir ? Par l'extase – un état modifié de conscience dans lequel elles communiaient avec les forces de l'univers. Pour atteindre cet état, les Sorcières primitifs ont d'abord utilisé des « instruments » ou « outils » tels que le jeûne, la soif, les souffrances auto-infligées, l'absorption de substances hallucinogènes, la concentration, etc. Une fois maîtrisées, ces techniques leur permettaient de parvenir à la conscience d'autres mondes, des mondes immatériels.

Tout savoir magique était acquis par cette « modification de la conscience ». La consultation des esprits et des déités, des plantes et des animaux ouvrait de nouveaux champs du savoir. Les Sorcières partageaient souvent une partie de leurs connaissances avec leur peuple, mais conservaient le reste pour leur usage personnel. La science de la Sorcellerie n'était pas donnée en pâture au public.

Plus tard, les Sorcières perfectionnèrent les moyens qui facilitaient cette modification de la conscience, ce qui marqua l'apparition du rituel magique. Les Sorcières du monde entier emploient toujours des outils tels que tambours, crécelles, surfaces réfléchissantes, musique, chants et danse. En fait, les rites de Sorcellerie les plus efficaces sont ceux qui combinent les instruments naturels et artificiels – la plainte du vent, le grondement de l'océan, la flamme vacillante, le battement régulier du tambour, le sifflement d'une crécelle. Associés à l'obscurité et aux chants, ces outils finissent par submerger les sens, par forcer le glissement de la conscience du monde physique au royaume plus vaste des énergies. De tels rites chamaniques existent encore aujourd'hui.

Ces manifestations primitives constituent le point de départ de toutes les formes de magie et de religion, y compris la Sorcellerie. En dépit de l'actuelle controverse au sujet de « l'ancienneté » de la Sorcellerie, celle-ci tire son origine spirituelle de tels rites. Même si elle a été réformée et adaptée à notre monde, la Sorcellerie touche encore nos âmes et nous transporte – elle change notre conscience – en nous unissant avec la déité. Plusieurs techniques Sorcières sont d'origine primitive.

Par conséquent, la Sorcellerie peut être définie comme une religion Sorcière. Comme pour la Sorcellerie, seuls quelques privilégiés ressentent le besoin irrésistible d'entrer dans son cercle de lumière.

Dans la Sorcellerie contemporaine, les supplices et le recours aux substances hallucinogènes ont été remplacés par le chant, la méditation, la concentration, la visualisation, la musique, la danse, l'invocation et les rituels. Avec ces outils spirituels, la Sorcellerie permet d'accéder à une conscience rituelle similaire aux états de conscience provoqués par les épreuves les plus brutales.

J'emploie à dessein l'expression « états modifiés de conscience ». De tels états sont naturels, ils s'écartent simplement de la conscience de veille « normale ». La Sorcellerie enseigne que la nature comporte toute une gamme d'états mentaux et spirituels dont la plupart d'entre nous ne soupçonnent pas l'existence. Un rituel de Sorcellerie efficace nous permet de glisser dans de tels états de conscience, d'être en communication et en communion avec la Déesse et le Dieu.

Contrairement à certaines religions, la Sorcellerie ne considère pas que la déité soit lointaine. La Déesse et le Dieu existent tous les deux à l'intérieur de nous et se manifestent dans la nature tout entière. L'universalité consiste en ceci : il n'existe rien qui ne soit divin.

L'étude de la Sorcellerie dévoile en grande partie le cœur de l'expérience magique et religieuse en général, et notamment de la Sorcellerie. En recourant au rite qui lui permet d'accéder à la conscience rituelle, la Sorcière étend constamment son savoir, et savoir correspond à pouvoir. La Sorcellerie aide ses adeptes à comprendre l'univers ainsi que la place que nous y tenons.

La Sorcellerie contemporaine n'est pas une religion uniforme. Comme il s'agit d'un système articulé sur la personne, je me contenterai ici d'exposer en termes généraux ses principes et sa structure, après les avoir soumis au crible de mon expérience et de mes connaissances, afin de brosser un tableau e la nature de la Sorcellerie.

La Sorcellerie a en commun avec plusieurs autres religions de reconnaître la dualité de la déité. Elle vénère à la fois la Déesse et le Dieu. Ces derniers sont égaux, chaleureux et aimants ; non pas distants, dans un « ciel » lointain, mais omniprésents, dans l'univers tout entier.

La Sorcellerie enseigne aussi que le monde matériel est une réalité parmi plusieurs autres. La dimension matérielle n'est pas la forme de manifestation supérieure ; tout comme la dimension spirituelle n'est pas plus « pure » que les réalités moins élevées. La seule différence entre matériel et spirituel, c'est que le premier est plus dense.

Comme les religions orientales, la Sorcellerie soutient la doctrine de la réincarnation, cette notion si mal comprise. Toutefois, contrairement à certaines philosophies orientales, la Sorcellerie n'enseigne pas que notre âme se réincarnera ailleurs que dans un corps humain après la mort du corps physique. De plus, peu de Sorcières acceptent de croire que nous avons commencé d'exister sous la forme de pierres, d'arbres, d'escargots ou d'oiseaux, avant de poursuivre notre évolution jusqu'au point où nous avons pu nous incarner en tant qu'êtres humains. Ces créatures et ces substances sont effectivement dotées d'une forme d'âme, mais elle diffère de celles des humains.

La réincarnation est chose admise par plusieurs millions d'Orientaux et d'Occidentaux. Elle offre une réponse à plusieurs questions : qu'arrive-t-il après la mort ?
Pourquoi avons-nous le souvenir de choses que nous n'avons jamais faites au cours de cette vie ?
Pourquoi éprouvons-nous parfois cette étrange attirance pour des personnes et des endroits que nous n'avons jamais vus auparavant ?

Certes, la réincarnation ne peut répondre à toutes ces questions, mais chacun a la possibilité d'étudier cette idée. Ce n'est pas un article de foi. Par la contemplation, la méditation et l'auto-analyse, plusieurs personnes en viennent finalement à accepter que la réincarnation est une réalité.

L'idéal éthique de la Sorcellerie est simple : fais ce que tu veux, mais ne fais de mal à personne. Cette règle comporte une autre condition implicite : ne fais rien qui te fasse du mal. Donc si vous, en tant que Sorcière, négligez votre santé, omettez de fournir à votre corps ce qu'il lui faut pour vivre, ou le blessez de toute autre manière, vous violez cette loi.

Il ne s'agit pas seulement de survie. Cette règle vous assure également d'être en bonne forme afin de travailler à sauvegarder et à améliorer notre monde, puisque l'amour de notre planète et le souci de la préserver jouent un rôle primordial dans la Sorcellerie.

La Sorcellerie est une religion qui fait appel à la magie. C'est l'un de ses traits les plus attirants, les plus remarquables. De la magie religieuse ? Ce n'est pas aussi étrange qu'on pourrait le croire. Par un procédé « magique », les prêtres catholiques changent la substance d'un morceau de pain en celle du corps d'un « sauveur » mort depuis longtemps. La prière – un outil commun à plusieurs religions – consiste simplement en une forme de concentration et de communication avec la déité. Si la concentration se prolonge, il est possible que des énergies accompagnent les pensées émises et permettent que la prière soit exaucée. La prière est une forme de magie religieuse.

La magie est l'art de mettre en mouvement des énergies naturelles (bien que mal connues) pour opérer le changement voulu. Dans la Sorcellerie, la magie est un outil qui sert à la sanctification des espaces rituels, au développement de la personne et à l'amélioration du monde dans lequel nous vivons.

Plusieurs personnes confondent magie et Sorcellerie, comme s'il s'agissait de deux mots interchangeables. La magie est une composante de la religion des Sorcières. Si vous souhaitez uniquement pratiquer la magie, la Sorcellerie n'est probablement pas ce qui vous convient.

Autre point essentiel, la magie n'est pas un moyen de forcer la nature à accomplir votre volonté. C'est une conception complètement erronée, nourrie par l'idée que la magie est pour ainsi dire surnaturelle, comme s'il pouvait exister quoi que ce soit hors de la nature. La magie est quelque chose de naturel. C'est un déplacement harmonieux des énergies pour créer un changement nécessaire. Si vous voulez pratiquer la magie, il faut renoncer à l'idée que celle-ci est de nature paranormale ou surnaturelle.

La majorité des Sorcières ne croient pas en la prédestination. Même si nous honorons et vénérons la Déesse et le Dieu, nous savons que nous sommes des âmes libres ayant le plein contrôle et l'entière responsabilité de notre vie. Il nous est impossible de montrer du doigt une image d'une déité négative, telle que Satan, et de rejeter la responsabilité de nos fautes et de nos faiblesses sur elle. Nous ne pouvons accuser le destin. Chaque jour, et à chaque seconde, nous créons notre avenir, nous déterminons le cours que prendra notre vie. Dès qu'une Sorcière accepte pleinement la responsabilité de ce qu'elle a fait (dans cette vie et dans les vies antérieures) et décide qu'elle modèlera ses actions futures sur ses buts et idéaux les plus élevés, la magie se met à fleurir autour d'elle et vivre devient un délice.

Voilà peut-être l'essence de la Sorcellerie – elle est une union joyeuse avec la nature. La Terre est une manifestation de l'énergie divine. Les prairies émaillées de fleurs, les forêts, les plages et les déserts, tels sont les temples de la Sorcière. Lorsqu'elle est dans la nature, la Sorcière se trouve vraiment dans une enceinte sacrée, comme le croyant qui entre dans un temple.

De plus, la nature chante constamment pour nous et nous révèle ses secrets. Les Sorcières écoutent la Terre. Elles ne se ferment pas à ce qu'elle tente si désespérément de nous enseigner. Lorsque nous perdons le contact avec notre planète bénie, nous perdons le contact avec la déité.

Voilà quelques uns des principes fondamentaux de la Sorcellerie. Ils forment la vraie Sorcellerie ; les rituels et les mythes sont subordonnés à ces idéaux et servent à les célébrer.

Il n'est pas nécessaire d'être esclave des rituels, car ils ne sont qu'une forme extérieure. Modifiez les rites selon votre humeur. Si le rite vous harmonise avec la déité, il n'y a aucun problème.

Ne délaissez pas le monde matériel pour les sphères spirituelles ou magiques, car seule la nature nous permet de faire l'expérience de ces réalités. Il y a une raison à notre présence sur la Terre. Malgré tout, recourez au rituel pour élargir votre conscience de manière à ne faire vraiment plus qu'un avec toute la création.

La voie est ouverte. Les Déesse et les Dieux anciens attendent... à l'intérieur et autour de vous.

Puissent-ils vous accorder sagesse et pouvoir.









Source : Llewellyn's 1993 Magical Almanac of Scott Cunningham.



Revenir en haut Aller en bas
 
[Texte] La Sorcellerie de Scott Cunningham
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Walter Scott : Un écrivain pour la jeunesse ?
» après 22 ans de sorcellerie, aujourd'hui il est devenu pasteur
» texte word en JPG
» La jeune fille et ses colombes (texte de Masirène, toile de Shérazade)
» Télévision numérique: Télétexte uniquement sur les 2 TSR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
...Voix d'Ecorce, de Plume et de Sève... :: Sorcellerie :: Histoire-
Sauter vers: