...Voix d'Ecorce, de Plume et de Sève...

Bibliothèque de textes traduits ou d'articles concernant les Traditions de la Déesse et la Sorcellerie, en libre consultation. Ceci est un forum SANS AUCUN COMMENTAIRE, un maximum de textes bruts sont mis en ligne pour une consultation silencieuse.
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Traduction] Exercices : Earthpath - Starhawk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iridesce
Bibliothécaire
avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: [Traduction] Exercices : Earthpath - Starhawk   Mer 14 Avr - 19:43

Compilation de tous ces exercices sous forme de document .pdf : http://www.ambre-lune.com/Earth_path_exercices.pdf

Une intention sacree

Asseyez-vous dans un endroit tranquille et relaxez-vous. Vous pouvez méditer sur les questions suivantes, ou bien écrire vos réponse, comme vous le préférez.

Demandez-vous : « Qu’est-ce qui est sacré pour moi ? » « Qu’est-ce qui m’importe tellement que je ne peux pas supporter de le voir compromis ou détruit ? Pour quelle cause, pour quelle chose me dresserais-je ? Pour quoi serais-je prêt(e) à prendre des risques ? »

Dès lors que vous avez la réponse, réfléchissez pendant un moment à ce que le monde pourrait être si nos systèmes sociaux, politiques et économiques chérissaient tous ce qui est le plus sacré à vos yeux. De quelle façon le font-ils déjà ? En quoi faudrait-il qu’ils changent ? Qu’est-ce qui serait modifié dans votre vie quotidienne ? Dans votre communauté ? Dans le monde autour de vous ?

Pouvez-vous décrire ce monde en quelques phrases ou paragraphes ?

Voulez vous que ce monde devienne une réalité ? Vous sentez-vous responsable par rapport à lui ? Si oui, c’est votre intention sacrée.

Si non, quelle est votre intention dans la vie ? Quels sont vos buts ?

Considérez à présent comment vous investissez votre temps et vos énergies. Vos meilleures énergies sont-elles dirigées vers la concrétisation de votre vision sacrée du monde ? Mises au service de ce qui est le plus sacré pour vous ?

Si oui, félicitations. Y-a-t’il quelque chose dont vous avez besoin, de soutien, d’opportunités, de chance, pour vous aider dans ce travail ? A qui pouvez-vous demander du soutien, dans le monde humain ? Dans les royaumes plus larges de l’univers ?

Si non, qu’est-ce qui vous bloque ? Comment votre vie changerait-elle si vous mettiez vos meilleures énergies au service de la concrétisation d’un monde qui chérit ce qui est sacré pour vous ?

De quoi avez-vous besoin ? De soutien ? D’occasions ? De courage ? De chance ? Qui pouvez-vous solliciter pour vous aider, dans le monde humain ? Dans les royaumes plus larges de l’univers ?

Si vous désirez ce changement, affirmez votre intention sacrée. Dites « mon intention sacrée est de créer un monde qui chérit ____________. »


S’ouvrir a l’aide

« Grands pouvoirs de création et de transformation de l’Univers, Ancêtres, Alliés, toutes les Entités qui aiment la danse belle et diverse de la vie, je suis ouvert(e) à votre aide et je vous appelle. Je vous remercie pour le don qu’est la vie, pour l’aide et le soutien que j’ai déjà reçus, et pour la grande opportunité que d’être en vie à ce moment crucial. J’ai besoin de ____________, pour servir mon intention sacrée de créer un monde qui chérit ____________. Je vous donne ma gratitude pour l’aide qui, je le sais, est déjà en chemin. Soyez bénis. »


S’enraciner les yeux ouverts ( Grounding )

Le grounding est une des pratiques basiques qui précèdent tout rituel, et l’outil qui nous aide à rester calme et présent durant les moments de tension. Etre enraciné signifie être relaxé mais alerte, énergétiquement connecté à la Terre, mais capable de bouger, présent et conscient, dans un état qui nous permet de recevoir des informations et de faire des choix conscients quant aux actions à entreprendre.

Dans la pratique rituelle ou la méditation, on ferme souvent les yeux pour s’enraciner. Fermer les yeux peut faciliter la focalisation sur notre vision intérieure, et permet de chasser toute distraction. Mais dans les bois, ou dans les situations vraiment dangereuses, on peut aussi désirer être capable de s’enraciner les yeux ouverts.

Vous pouvez faire cet exercice n’importe où. Idéalement, faites-le en extérieur, debout sur la terre, dans un endroit naturel. Mais vous
pouvez aussi le faire en intérieur, ou au beau milieu d’une ville.

Tenez-vous debout dans une posture confortable, les pieds
écartés de la largeur des épaules, les genoux légèrement fléchis. Etirez-vous, relâchez toutes les tensions. Prenez quelques profondes inspirations, avec le ventre. Sentez vos pieds sur le sol.

Dites-vous que, juste en respirant et en sentant vos pied
sur le sol, vous pouvez atteindre un état de calme et d’enracinement profonds.

Imaginez que, comme un arbre, vous pouvez étendre vos
racines dans la terre, depuis vos pieds et la base de votre colonne vertébrale.
Les yeux ouverts, remarquez si ce que vous voyez change au fur et à mesure que vous déployez vos racines de plus en plus bas.

Si quoi que ce soit vient brouiller votre conscience ou
interférer avec votre capacité d’être présent, inspirez profondément et
imaginez que vous le laissez filer par vos racines jusque dans la terre, pour
qu’il y devienne du compost.

Sentez le feu vivant au cœur de la terre. Inspirez un peu
de cette énergie par les racines, jusqu’à la base de votre colonne vertébrale, jusqu’à votre ventre, le long de votre colonne, comme si elle était le tronc flexible d’un arbre. Sentez-la réchauffer votre cœur et votre gorge, atteindre vos bras, vos mains. Laissez-la monter au sommet de votre tête et en jaillir comme les branches feuillues d’un arbre. Laissez ces branches descendre jusqu’à toucher la terre, vous entourant et vous protégeant. Une fois encore, remarquez ce qui change.

Sentez la lumière du Soleil ( ou de la Lune, des étoiles… ) sur vos feuilles et vos branches, et respirez-la. Nourrissez vous d’énergie, exactement comme un arbre se nourrit de Soleil. Faites-la descendre par la tête, le cœur, les mains, le ventre, jusqu’aux pieds, jusque dans la terre.

Regardez autour de vous et remarquez ce que vous voyez, entendez, sentez, et ressentez dans votre état d’enracinement.


MARCHER SUR LA TERRE : BOUGER TOUT EN RESTANT ENRACINE

Vous êtes à présent enraciné : calme, présent, conscient, ayant établi une connexion énergétique avec la terre. Mais, bien que nous ayons utilisé l’image d’un arbre pour nous aider à nous enraciner, nous ne voulons pas rester plantés là, immobiles. Nous avons besoin de pouvoir bouger tout en restant enracinés.

Imaginez donc que les racines dans vos pieds sont extensibles, que quand vous levez chaque pied la connexion demeure établie. Ou vous pouvez utiliser l’image des Ents, ces hommes-arbres du Seigneur des Anneaux de Tolkien, qui arpentent les forêts sur des pieds en forme d’arbres, avec leurs orteils qui s’étendent et agrippent la terre à chaque pas. Regardez autour et au-dessus de vous, pas vos pieds, et commencez à bouger en
vous souvenant de bien respirer.

Imaginez que vos pieds ont des détecteurs. Levez chaque pied et posez-les lentement et doucement sur le sol, en les laissant vous renseigner sur la nature du terrain que vous allez fouler. Gardez les chevilles souples et les genoux flexibles. Bougez lentement dans l’espace, ressentant comment vous pouvez garder votre connexion énergétique à chaque pas.

Remarquez comme vous pouvez marcher silencieusement. Soudainement, le couinement de vos chaussures, ou le frottement de vos vêtements, deviennent moins sonores. Faites des mouvements dans cet état calme,
enraciné.

LES PERCEPTIONS GRANDES OUVERTES

A présent, arrêtez-vous un moment. Regardez droit devant, étendez les bras sur les côtés et agitez les doigts. Bougez lentement les bras jusqu’à ce que vous ne puissiez plus voir que le mouvement des doigts avec votre vision périphérique. Remarquez comme votre champ de vision peut être
étendu, comme il peut aller également loin vers le haut et vers le bas.

Laissez retomber vos bras, gardez votre vision étendue et bougez à nouveau dans l’espace, marchez sur la terre dans un état calme et enraciné. Remarquez comme vous pouvez marcher silencieusement, combien vous pouvez être conscient, combien votre champ de vision est étendu, et comment vous vous sentez, en marchant ainsi sur la terre, avec vos perceptions grandes ouvertes.


RECOUVRER SES SENS

Après vous être enraciné et avoir pratiqué l’ouverture en grand des perceptions, trouvez une place sûre et intéressante dans le monde naturel – cela peut être un coin sauvage et primitif, mais aussi votre arrière-cour, un coin tranquille dans un parc en ville, un terrain vague. A présent, fermez les yeux, simplement pour déplacer notre focalisation de ce qui est pour la plupart d’entre nous le sens dominant, la vue.

Reniflez l’air. Prenez de longues, profondes inspirations par le nez, suivies de courts reniflements. Soyez conscients de ce que vous sentez. L’air regorge
d’informations. Imaginez pendant un instant que vous avez le nez d’un chien ou d’un loup. Qu’est-ce que la brise vous dirait ? Pouvez-vous sentir les
arbres ? L’humidité du vent ? La saveur chimique de l’air pollué ?

Goûtez l’air au fond de votre gorge. Quels sont les goûts qui restent de votre petit-déjeuner ? Votre salive a-t-elle un goût ? Roulez-le sur votre
langue comme si vous goûtiez un vin fin. Quelles parties de votre langue
s’éveillent ? Quelles informations cela vous donne-t-il sur votre état
d’être ?

Sentez l’air sur votre peau. Prenez conscience du contact de la brise, de sa température. Vous tenez-vous au soleil ou à l’ombre ? Y-a-t-il un peu des deux, en quoi votre ressenti est-il différent ? Prenez conscience de votre poids, de votre position, de l’attirance de la gravité sur votre corps, de votre sens de l’équilibre, de votre énergie ou de votre fatigue.

Ouvrez grand les oreilles. Imaginez que vous avez les oreilles d’un cerf, que vous pouvez déplacer et pointer dans toutes les directions. Quels sons entendez-vous ? Entendez-vous des oiseaux ? Du trafic automobile ? Des
insectes ? Que vous disent vos oreilles ?

A présent, ouvrez les yeux. Ajoutez la vue aux informations que vous êtes en train de recevoir de vos autres sens. Que voyez-vous quand vous vous focalisez sur un point ou un objet ? Que voyez vous lorsque que vous étendez votre vision en ouvrant vos perceptions en grand ?

Marchez sur la terre dans votre espace, perceptions grandes ouvertes, et vos sens déployés. Que vous disent votre odorat, votre goût, votre toucher, votre ouïe et votre vue ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.iridescences.com
Iridesce
Bibliothécaire
avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: Re: [Traduction] Exercices : Earthpath - Starhawk   Mer 14 Avr - 19:43

Un point d’origine

Trouvez un lieu qui sera votre point d’origine, où vous pourrez pratiquer la discipline magique de l’observation. Soyez modeste et réaliste dans votre évaluation de ce que vous pourrez faire. Y-a-t-il un parc ou un jardin public, un terrain vague plein d’herbe, près de votre lieu de travail et où vous pourrez prendre régulièrement votre repas de midi ? Y a-t-il un versant de colline non cultivé à côté duquel vous passez quand vous emmenez votre enfant au parc ou que vous promenez votre chien ? Avez-vous une table où prendre votre café du matin tout en observant le jardin ?

Une fois que vous avez le lieu, passez-y du temps. Faites les exercices d’attention et de perception décrits ci-dessus, ou asseyez-vous et écoutez, tout simplement. Remarquez comment ce que vous observez change avec le temps. Quelles sont les différences dans les chants d’oiseaux au fil des saisons ? Quels animaux ou schémas humains pouvez-vous observer, sont-ils différents à différents moments de la journée ? Par temps différents ? Les jours travaillés et les jours fériés ?

Et comment votre propre mental et votre état émotionnel affectent-ils votre capacité d’observation ?


Observation de soi

Asseyez vous dans votre point d’origine ou dans un endroit sûr et tranquille. Commencez à pratique les exercices d’ouverture de conscience. Maintenant, observez ce qui se présente. Demandez-vous :

« Quel dialogue interne se passe dans ma tête ? Quelle histoire
raconte-t-il ? Quelle énergie apporte-t-il avec lui ? Nourrit-il mon énergie ou la draine-t-il ? Quelles émotions suis-je en train de ressentir ? Que me dit mon corps physique ? Quels muscles sont tendus ? Comment est-ce que je respire ? »


Quel personnage êtes-vous ?

Une fois que vous sentez l’histoire que raconte votre dialogue interne, ou les émotions et énergies qui vous contraignent, demandez-vous :

« Si je pouvais nommer le personnage que je joue dans ma propre histoire, quel serait son nom ? »

Votre personnage a-t-il une histoire favorite ou des bribes de dialogues caractéristiques ?

Parfois, je ( Starhawk ) suis « Isle, la Guérisseuse Fasciste », qui
dit « Tu va aller mieux… Sinon… ! »
Une de mes étudiantes a découvert en moi « Amère Amélie », qui dit « Je
m’occupe de tout le monde, mais personne ne s’occupe de moi ! », les mots exacts que j’entendais ma mère répéter à longueur de journée. Ou je
peux aussi être « Frédérique la Frénétique » qui dit « J’ai plus de travail à faire que ce que je suis capable de gérer en si peu de temps,alors laissez-moi faire 5 choses à la fois ! »

A présent, observez votre personnage. Vous pouvez tenir un journal sur lui/elle si vous le souhaitez. Si vous travaillez dans un cercle ou un groupe de soutien, vos amis peuvent aussi vous aider à considérer certaines des questions suivantes :

De quelles façons l’expérience du monde de ce personnage est plus réduite ou plus contrainte qu’elle pourrait l’être ?

Y’a-t-il des façons dont ce personnage étend mon expérience du monde, ou m’est utile ?

Lorsque j’observe par les yeux de ce personnage, qu’est-ce que je ne vois pas, qu’est-ce que je ne fais pas ?

Comment ce personnage influence-t-il les choix et les décisions que je prends ?

Comment mon expérience changerait-elle si j’étais un personnage différent ?

Qu’est-ce que je veux faire avec ce personnage ? Lui dire de s’en aller ? Le
tuer ? L’aimer ? L’absorber et l’intégrer ? Le reconnaître et prendre ça par le rire ?


S’ancrer au cœur de soi

Commencez dans votre point d’origine, ou dans un lieu sûr. Enracinez-vous et centrez-vous. Cette fois, fermez les yeux. Pensez à un endroit ou à une situation de votre vie dans lesquels vous vous sentez relaxé et à l’aise, où vous pouvez être simplement vous-même. Où vous n’avez à impressionner personne, à n’accomplir rien de spécial, à n’exercer aucun pouvoir, mais où le pouvoir et l’énergie sont accessibles si d’aventure vous en avez besoin. Où vous pouvez vous focaliser sur le monde autour de vous, pas sur vous-même.

Dites-vous votre nom, le nom avec lequel vous vous identifiez le plus. Remarquez à quel endroit de votre corps il résonne, et touchez cet endroit, ou trouvez une posture ou un mouvement que vous pouvez adopter pour vous sentir connecté à cet état de base.

Quelle image, ou symbole, ou dessin vous vient en tête qui puisse incarner cet état ?
Gardez-le à l’esprit tout en touchant cette partie du corps ou en faisant votre geste.

Lorsque vous utilisez ces trois choses ensemble – le geste physique ou le toucher, le mot ou la phrase, et l’image – vous pouvez vous transporter instantanément da ns cet état de base, d’enracinement, de neutralité, d’ancrage au cœur de soi.

Continuez à présent cet exercice en recouvrant vos sens, en notant ce que vous sentez, ressentez, goûtez, et entendez. Ouvrez les yeux et remarquez ce que vous voyez.

Comment votre capacité d’observation change-t-elle quand vous êtes dans cet état ?

Utilisez votre ancre et pratiquez l’entrée dans cet état régulièrement. Ajoutez-la à votre pratique quotidienne du grounding, et utilisez là à chaque fois que vous vous postez à votre point d’origine pour observer.

Et utilisez-la lorsque vous êtes pris dans un dialogue ou dans la vision de l’un de vos personnages contraignants. Remarquez ce qui change lorsque vous vous déplacez d’un état de contrainte à ce lieu neutre, ouvert, enraciné.

Comme pour le grounding, plus vous pratiquerez votre ancrage, spécialement dans des occasions de stress ou de tension, plus il deviendra automatique, jusqu’à ce qu’il finisse par vous sembler normal dans les instants de stress de vous enraciner et de vous ancrer à votre soi. Depuis ce lieu intérieur, vous serez davantage apte non seulement à recevoir les informations, mais également à faire des choix conscients, à agir au lieu de réagir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.iridescences.com
Iridesce
Bibliothécaire
avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: Re: [Traduction] Exercices : Earthpath - Starhawk   Mer 14 Avr - 19:43

TENIR UN JOURNAL

L'un des mythes fréquemment rencontrés dans la sorcellerie est que toute Sorcière des temps anciens tenait un "livre des ombres", un journal magique recensant ses sorts, charmes et recettes de mélanges herbeux. En réalité, la plupart des Sorcières de jadis étaient probablement illetrées. Cependant, un livre des ombres demeure une bonne idée, partiuclièrement quand on commence à observer et apprendre dans la nature.

Prendre le temps d'enregistrer les informations les rendra plus claires dans votre esprit, et au fil des ans, ces données pourront s'avérer d'une valeur inestimable.

A quoi ressemblaient les chants d'oiseaux à cet endroit l'an dernier ? Le temps est il vraiment différent ? Tenir un journal vous aidera à répondre à ces questions, et fournira une preuve de l'évolution de vos propres capacités de compréhension et d'observation.


NOMMER ET IDENTIFIER

Apprendre les noms des arbres, des oiseaux et des champignons peut sembler une activité ennuyeuse et bien trop "cerveau-droit" pour nous autres Sorcières, mais c'est d'une aide précieuse pour nous aider à approfondir notre relation avec la nature. D'abord, le processus d'identification d'un arbre ou d'une fleur nous oblige à l'observer de plus près et à chercher des caractéristiques à côté desquelles nous aurions pu passer de prime abord. Ensuite, connaître le vrai nom des choses, et particulièrement leur nom latin, permet d'en parler et d'apprendre des expériences d'autrui. Beaucoup de plantes ont des noms communs similaires, mais sont en fait très différentes.

Commencez donc à collectionner les livres-guides sur le sujet, et à les utiliser. Les livres les plus utiles sont ceux qui disposent d'un jeu de questions simples permettant de vous guides entre les différentes familles ou espèces. "L'arbre a-t-il des feuilles ou des aiguilles ? " "Sont-elles disposées en bouquets ou réparties tout autour des brindilles ?"

Ne voyez pas trop grand. Il y a des millions d'êtres à connaître et à identifier autour de nous. Commencez avec des objectifs modestes, comme apprendre les arbres-clés, les oiseaux, les insectes ou les mammifères de votre région. Ou donnez vous comme but d'identifier une nouvelle plante ou arbre à chaque promenade que vous faites. Une fois que vous connaissez le nom d'une plante ou d'un animal, documentez-vous dessus et apprenez-en davantage. Passez de l'observation à la compréhension.


NEUF FACONS D'OBSERVER

L'exercice suivant nous promène au travers de neuf façons d'observer. Il s'inspire des travaux de Bill Mollison, l'un des fondateurs de la permaculture, et des leçons que j'ai apprises à la Wilderness Awareness School. Certaines de ces méthodes seront plus longuement développées dans les chapitres sur les Eléments, mais prises ensembles, elles constituent le début de l'apprentissage de la lecture d'un paysage.

1. Questionner
Dans votre point d'origine ou dans un autre lieu naturel, votre attention portée sur ce qui vous entoure, dites-vous : "Je me demande..."

"Je me demande pourquoi la mousse ne pousse que sur ce côté de l'arbre ?" "Je me demande pourquoi les flocons de neiges forment ces motifs particuliers ?" "Je me demande ce qui attire cet insecte vers cette fleur ? "

Ne vous souciez pas de trouver une réponse aux questions ; remarquez juste quelles questions vous pouvez générer. Autant que possible, focalisez-vous sur la réalité physique. Ne vous demandez pas "Je me demande ce que cet arbre pense du fait d'avoir autant de neige sur ces branches", mais plutôt " Je me demande pourquoi ces branches ne cassent pas sous le poids de cette neige ?"

C'est un exercice génial à faire avec des enfants. Vous pouvez leur demander " Combien de questions peux-tu trouver en 5 minutes ? " Vous pouvez faire suivre cet exercice d'une session de recherche encyclopédique à la maison, en essayant de répondre à certaines questions. Mais l'intérêt n'est pas tant les réponses, que l'apprentissage de la formulation de questions intelligentes.

2. Observer l'énergie
Demandez-vous " Comment l'énergie entre-t-elle dans ce système ? Comment s'y font les échanges ?"
Il y a beaucoup d'énergies à observer : la lumière solaire, la chaleur, l'énergie générée par le mouvement de l'air ou de l'eau, le cycle de la nourriture, même l'énergie psychique ( mais prenez le temps de vous focaliser d'abord sur le matériel avant de sauter au psychique ). Vous pouvez aussi essayer de faire un croquis de votre lieu d'observation, ou d'une plante qui s'y trouve, en tant que pur motif de lumière et d'ombre. Ne vous souciez pas de produire un "bon" dessin ; laissez simplement cette activité devenir une méditation sur la façon dont l'énergie lumineuse est interceptée par la forme.

3. Observer les flux
Dans votre point d'origine, observez les flux de toutes sortes. Comment l'eau bouge-t-elle dans ce système ? Comment les flux d'air et le vent affectent-ils l'endroit ? Qu'est-ce qui intercepte les flux ? Quelles marques laissent-ils sur leur passage ? Quelle est la source de ces flux ? Comment est-elle réalimentée ?

4. Observer les partenariats
Qu'est-ce qui pousse avec quoi dans ce lieu ? Quels arbres avec quels buissons, avec quelles plantes de sous-bois ? Y a-t-il des schémas discernables ? Y a-t-il des fougères sous les séquoïas ? ( ndt : rappelons à toutes fins utiles que Starhawk vit aux Etats-Unis... ) Quels insectes, animaux, oiseaux, semblent connectés avec quelles plantes ? Y a-til des plantes qui semblent faire office de "nounous" pour de jeunes pousses d'autres espèces ? Certaines plantes semblent-elles se tenir à distance des autres ? ( Note : de telles questions ne peuvent généralement trouver de réponses qu'après de nombreuses observations étalées sur une longue période ).

5. Observer les schémas
Quels schémas pouvez-vous discerner dans votre lieu d'observation ? Les textures, les motifs de croissance, la distribution des formes, les marques de stress, sont des schémas. Lesquels sont répétés ? A quelle échelle ? Pouvez-vous trouver des spirales ? Des pentacles ? Des embranchements ? Des motifs basés sur le chiffre 4, le chiffre 6 ? Combien un arbre fait il de brindilles entre le tronc et l'extrémité d'une branche ? Quelles fonctions peuvent remplir ces schémas ? Pourquoi certains motifs sont répétés partout dans la nature ?
Une fois encore, vous pouvez dessiner les motifs et les formes. Mettez vos pensées sur papier sans vous soucier de produire une oeuvre d'art, juste pour méditer et aiguiser votre capacité de focalisation et de vision.

6. Observer les bordures
Où un système en rencontre-t-il un autre dans votre lieu ? Comme nous l'avons vu plus haut, les bordures ( les lieux où les forêts rencontrent les prairies, où les océans rencontrent les plages... ) sont souvent les plus fertiles et diversifiés dans un écosystème. Est-ce vrai ici ? Comment la bordure diffère-t-elle du centre ?

7. Observer les limites
Quelles limites contraignent la croissance dans votre lieu ? L'ombre ? Le manque d'eau ? La fertilité du sol ? D'autres facteurs ?
Comment ces facteurs limitants se rendent-ils visibles ? Qu'est-ce qui prospère en dépit de ces facteurs ? Qu'est-ce qui semble en pâtir ? Comment les plantes et les animaux se sont-ils adaptés à ces contraintes ? Quelles caractéristiques les mieux adaptés d'entre eux ont-ils en commun ?

8. Observation immobile
Restez immobile dans votre lieu, pendant au moins 15 minutes - plus c'est long, mieux c'est. Remarquez ce que vous pouvez voir, et ce qui change au fil du temps.

9. Observer le passé et le futur
Que pouvez-vous observer dans ce lieu qui vous renseigne sur son histoire passée, et sur les changements qu'il a pu subir avec le temps ? Que pouvez-vous observer qui vous donne une petit idée de l'avenir de ce lieu ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.iridescences.com
Iridesce
Bibliothécaire
avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: Re: [Traduction] Exercices : Earthpath - Starhawk   Mer 14 Avr - 19:44

LES ELEMENTS D'UNE PRISE DE DECISION

Quand nous désirons être sûrs d'avoir considéré tous les aspects d'une question, nous pouvons penser aux Eléments et aux qualités qui leurs correspondent : Qu'est-ce que je pense sur ce sujet précis ? Quelle énergie puis-je ressentir autour de lui ? Qu'est-ce que je ressens ? Qu'est-ce que mon corps me dit ? Quelle transformation est possible ?

Ou : quels sont les arguments rationnels concernant cette action ? Quelle énergie va-t-elle utiliser ou générer ? Quels flux d'événements, de
matières, de processus va-t'elle affecter ou vont être affectés par elle ? Quelles sont les considérations matérielles, les contraintes, les préoccupations éthiques et communautaires à prendre en compte ?

En quoi cette action affectera l'air, le climat ? Les oiseaux et les insectes ? Apportera-t-elle fraîcheur et inspiration ?

Combien d'énergie utilisera-t'elle et d'où viendra cette énergie ?
Utilisera-t-elle plus d'énergie qu'elle ne nous en donnera ? Combien d'énergie humaine nécessitera-t'elle ? Nous énergisera-t'elle ou nous drainera-t'elle ?

Comment cela affectera-t'il l'eau ? Les poissons, la vie aquatique ? Utilisera-t'elle plus d'eau que disponible ? Comment ressentons-nous cette action, ce projet ?

Comment cela affectera-t'il la terre ? la santé des sols ? Les micro-organismes et les bactéries qui le peuplent ? Les plantes et les animaux ? Les forêts ?

Comment cela affectera les communautés humaines ? Cela va-t'il bénéficier aux plus pauvres et aux moins avantagés d'entre nous ? Cela reflétera-t'il et approfondira-t'il nos valeurs les plus chères ? Cela nourrira-t'il nos esprits ? Cela créera-t'il des relations mutuellement
bénéfiques ?

DECIDER AVEC LE CERCLE DES ELEMENTS

Vous avez une décision à prendre ? Un problème au sujet duquel réfléchir ? Prenez votre journal dans votre point d'origine, ou dans un endroit sûr et tranquille. Enracinez-vous et recouvrez vos sens. Maintenant, pensez à votre problème, en utilisant l'un des ensembles de questions
ci-dessus. Dans votre journal, consignez votre conversation intérieure. Lisez ensuite les 5 chapitres qui suivent ( ndt : chapitres assez
courts concernant les 5 éléments, peut aisément être remplacé par une courte méditation sur les 5 éléments. ). Quand vous avez terminé,
retournez à votre problème et reposez les questions, en consignant une fois encore votre dialogue intérieur dans votre journal, A présent,
comparez les deux entrées. Quelque chose a-t'il changé ? Avez-vous changé ?

TRACER LE CERCLE ( technique Feri )

Tracer un Cercle peut être un acte très simple. Vous pouvez utiliser votre main ou un outil magique - un athamé ( ou couteau de Sorcière ) si vous en possédez un. Personnellement, j'ai l'habitude d'utiliser le sécateur avec lequel je prends soin de mon jardin.

Voici une méthode très simple que j'ai apprise de Victor Anderson, mon professeur dans la tradition Wicca Feri :

D'abord, enracinez-vous.
Puis tenez vous au centre de la pièce, face au Nord, et dites :
"Par la Terre qui est son corps..."

Vers l'Est :
"Par l'Air qui est son souffle..."

Vers le Sud :
"Par le Feu de son brillant esprit..."

Vers l'Ouest :
"Et par les Eaux de son ventre fertile..."

Tournez-vous à nouveau vers le Nord, pour compléter le Cercle. Puis, regardez le Centre et dites : "Le Cercle est tracé, le rituel à commencé. Nous sommes entre les mondes. Ce qui est entre les mondes peut changer le monde."

Pendant que vous bougez et parlez, visualisez un cercle de lumière, de flammes bleues ou de la couleur qui vous plaît le mieux, entourer le lieu où vous vous trouvez.

Au lieu de vous tenir au centre, vous pouvez aussi marcher à travers la pièce et toucher chaque mur tour à tour. Si vous n'êtes pas très fort en visualisation, créer physiquement le Cercle le rendra plus puissant. Une fois que le Cercle est tracé, essayez de ne pas le quitter avant la fin du rituel, Si vous avez vraiment besoin de sortir, respectez-le en découpant une porte avec votre outil ou votre main : mimez le geste de découpage de la barrière énergétique, ou utilisez vos deux mains pour séparer l'énergie comme si vous déchiriez un drap. Fernez l'ouverture derrière vous, et n'oubliez pas de répéter la même chose pour rentrer à nouveau dans le Cercle.

Une fois que la forme du Cercle est créee, invoquez ou accueillez les 4 éléments et le centre, et appelez ensuite toute Déesse, tout Dieu, tout Ancêtre, toute Entité que vous souhaitez avoir à vos côtés durant le rituel, en leur exprimant votre gratitude pour leurs dons.

Quand le rituel est fini, ouvrez le Cercle. Vous pouvez marcher autour de lui en sens inverse, et dire au revoir. Vous pouvez dire :

"Par la Terre qui est son corps,
Et par les Eaux de son ventre fertile,
Par le Feu de son brillant esprit,
Et par l'Air qui est son souffle...
Le Cercle est ouvert, mais pas brisé.
Que la Paix de la Déesse soit toujours dans nos coeurs.
Heureuse rencontre et heureux départ."

INVOQUER LES ELEMENTS

Quand le Cercle est tracé, nous sommes prêts à invoquer les éléments de vie.
Il y a bien des façons de le faire. On peut mémoriser une phrase ou un poème, laisser parler son coeur, danser, chanter, faire du tambour, murmurer...
Mais l'une de mes méthodes favorites en groupe, est un petit rituel que Kitty Engelman et moi-même avons crée pour un atelier où nous enseignions ensemble, à Diana's Grove, dans le Missouri.

Demandez à chacun des participants de se tenir immobile pendant un moment, et de ressentir vers laquelle des cinq directions ( Nord, Sud, Est, Ouest et Centre ) ils se sentent appelés. Les personnes se déplacent ensuite dans la direction correspondante, s'enracinent, et rentrent dans leurs sens.

Tous le monde est ensuite envoyé à distance ( dehors si c'est en intérieur ) pour observer durant 15 minutes.

Le groupe Est est chargé d'observer la lumière et le mouvement.
Le groupe Sud est chargé d'observer le feu et les échanges d'énergies.
Le groupe Ouest est chargé d'observer l'eau et les flux.
Le groupe Nord est chargé d'observer la terre, les plantes et les animaux.
Le groupe du Centre est chargé d'observer les motifs, les schémas, les cycles.

Lorsqu'ils reviennent, le groupe Est se place au centre du Cercle, et se prend les mains. Pendant un instant, ils s'accordent entre eux, puis ils se tournent vers l'extérieur et font face aux autres. On leur demande de raconter l'histoire de ce qu'ils ont vu. Ils parlent tous en même temps sans s'arrêter, pendant que le Cercle tourne autour d'eux.

Entendre ces histoires, c'est comme entendre déclamer un poème, faire un voyage dans les images et les sensations de l'Air. Quand les auditeurs ont fait un tour complet, on demande au groupe de récitants de se tourner à nouveau, de se reprendre les mains, et le Cercle exprime de la gratitude à l'Air et aux conteurs de l'Est.

Répétez avec les autres directions.

Une autre façon de conter, est de garder les auditeurs immobiles et de faire tourner les conteurs, lentement, répétant leur histoire encore et encore jusqu'à ce qu'ils soient revenus à leur point de départ.


LES ELEMENTS

L'AIR

Dans votre point d'origine, ou où que vous soyiez, entacinez-vous et rentrez dans vos sens. Focalisez-vous à présent sur l'Air et le vent. Remarquez ce que vous pouvez sentir et goûter dans la brise. D'où l'Air vient-il ? Que transporte-t'il ?

Remarquez la sensation de l'Air sur votre peau. Est-il doux ou puissant, mobile ou tranquille ? Quelle est sa température ? Ecoutez le son du vent. Le vent vous dit ce qu'il est en train de traverser, et à quelle vitesse. Il a une voix qui résonne différemment dans les arbres ou sur l'angle des maisons. Il peut vous dire quel est son taux d'humidité, et si une tempête arrive ou pas. Que vous dit le vent ?

Regardez autour de vous et remarquez ce qui répond au vent. Les branches s'inclinent-t'elles, dansent-elles ? Y a-t'il des arbres qui montrent que le vent les a façonnés et tordus pendant leur croissance ?
Comment le vent répond-il aux obstacles ?
Bouge-t'il différemment qu travers de branches qui se balancent et quand il rencontre un mur ?

Levez-vous et déplacez-vous à présent. Trouvez les endroits où le vent est fort, et ceux qui semblent plus à l'abri. Qu'est-ce qui fait la différence ? Sentez ce qui arrive quand le vent frappe une surface dure ou une surface molle.

Que peut nous apprendre le vent au sujet du mouvement et du changement ?
Sur la réponse faite aux obstacles, ou sur la façon d'adoucir les grandes forces qui s'abattent sur nous ?

Y at-'il quelque chose dans votre vie que vous souhaitez laisser partir ? Imaginez que vous le portez dans votre main. Levez votre main, ouvrez le poing, lâchez-le, et laissez le vent l'emporter au loin.


OBSERVATION DU VENT DANS LE QUARTIER D'AFFAIRES

Allez au quartier d'affaires de votre ville, ou dans un autre endroit plein de surfaces hautes et dures, par un jour venteux. Promenez-vous, et notez les endroits où le vent et fort, et ceux où il semble bloqué.
Sentez comme les surfaces dures accélèrent la force du vent lorsqu'il s'engouffre dans d'étroits corridors. Y'a-t'il des différences de température ? Des points à l'abri du vent ?

S'il y a un parc ou un jardin dans le coin, remarquez si le vent change à cet endroit. Se comporte-t'il différemment ici et dans votre point d'origine ? Comment le son voyage-t'il ici ? Quelles odeurs l'air transporte-t'il ?

A présent, asseyez-vous en lieu sûr et fermez les yeux pendant un moment.
Pensez à ce que vous avez observé. Y at-il des parties de vous qui, comme le vent, sont bloquées dans cet environnement ? Y at'il des choses en quoi elles gagnent de la force, en réponse à ce blocage ?

Le vent est sauvage, et libre. Même l'environnement le plus urbain ne peut pas le tenir à distance. Inspirez un peu de cette force indomptée, et laissez-la nourrir et renforcer votre part sauvage.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.iridescences.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Traduction] Exercices : Earthpath - Starhawk   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Traduction] Exercices : Earthpath - Starhawk
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exercices de pointes
» traduction anglais pour cuttlebug
» Le prequel et sa traduction
» traduction allemande en cas de commande de pieces de site ALL
» Comparaison traduction La boussole du club des cinq

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
...Voix d'Ecorce, de Plume et de Sève... :: Oeuvres complètes :: Livrets d'exercices-
Sauter vers: