...Voix d'Ecorce, de Plume et de Sève...

Bibliothèque de textes traduits ou d'articles concernant les Traditions de la Déesse et la Sorcellerie, en libre consultation. Ceci est un forum SANS AUCUN COMMENTAIRE, un maximum de textes bruts sont mis en ligne pour une consultation silencieuse.
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Traduction] Walton, Charles (1871–1945)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iridesce
Bibliothécaire
avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: [Traduction] Walton, Charles (1871–1945)   Dim 18 Avr - 11:48

Walton, Charles (1871–1945)

Un homme ayant le don de Seconde Vue, sorcier de village renommé à Lower Quinton, en Angleterre. Charles Walton fut brutalement assassiné en 1945 lors de ce qui fut décrit comme un sacrifice rituel sorcier, en dépit du manque total de preuves pouvant impliquer le moindre occultiste ou le moindre sorcier. Ce meurtre n'a jamais été élucidé, malgré tous les efforts de Scotland Yard.

Le village de Lower Quinton se trouve dans le Gloucestershire, une région de l'Angleterre dotée d'une longue histoire en lien avec la Sorcellerie. Tout près du village se trouvent les Rollright Stones, d'anciens monolithes sensés marquer le lieu où un roi Danois et son armée auraient été anéanties par un sorcier local. Cet endroit regorge de superstitions. Walton était un homme solitaire, étrange, un travailleur des champs qui vivant dans un cottage au toit de chaume avec sa nièce, Edith Walton. On prétendait partout qu'il avait le don de clairvoyance, et qu'il proclamait qu'il pouvait parler aux oiseaux et les diriger exactement là où il le souhaitait en pointant juste son doigt. Il prétendait aussi détenir un contrôle sur les animaux, hormis les chiens, qu'il craignait. Il élevait de gros crapauds d'une variété appelée Natterjack, qui court pour se déplacer au lieu de sauter.


Le don de clairvoyance de Walton commença à se manifester dans sa jeunesse, et sa personnalité changea radicalement ; il devint très introverti. Trois nuits d'affilée, il vit un chien noir fantômatique courir sur la colline de Meon Hill, à proximité du village, un site particulièrement "sorcier". La troisième nuit, le chien se changea en une femme sans tête, et le jour suivant, sa soeur mourut.

Pendant les 74 ans qui ont suivi, Walton devint très réservé et solitaire. Il travaillait pour de maigres salaires, buvait très rarement en public, et ses voisins le laissaient tranquille. Les villageois murmuraient qu'il se sauvait jusqu'aux mystérieuses Rollright Stones pour y observer des rituels sorciers. Au matin du 14 Février 1945, Walton se leva tôt et se rendit dans les champs muni d'un bâton de marche, d'une fourche et d'une faucille. Il avait été engagé par un fermier qui avait des terres près de la Meon Hill. Aux alentours de midi, le fermier vit Walton au travail, sa faucille à la main.

Mais Walton ne rentra jamais chez lui. Sa nièce inquiète contacta son oncle, et tous deux, avec le fermier qui l'avait engagé, se mirent à la recherche du vieil homme. Ils découvrirent son corps étendu sur le dos sous un saule, à Meon Hill. Une fourche lui avait été enfoncée dans la gorge avec une telle force qu'il en avait presque été décapité ; les branches de l'outil s'enfonçaient loin dans le sol. Son torse arborait une blessure en forme de croix, tracée par la faucille, toujours plantée dans ses côtes. Le visage de Walton était tordu par la terreur. Quelques jours plus tard, on trouva un chien noir pendu sur la même colline.

Scotland Yard envoya enquêter le Détective Robert Fabian. Il espérait élucider ce cas rapidement. Mais il se heurta au manque de coopération des habitants de Lower Quinton, qui affirmaient unanimement que Walton avait été tué par une personne inconnu car il était sorcier.

Les aspects "sorciers" de ce cas lui procurèrent une publicité immense, et l'anthropologiste Margaret Murray s'y intéressa ; elle pensait que Walton avait été tué dans un rituel impliquant un sacrifice sanglant. L'auteur Donald McCormick enquêta aussi sur ce cas, et écrivit un livre sur le sujet, "Murder by Witchcraft". En dépit du manque de preuves, quelques faits étonnants furent mis en lumière.

La date de l'assassinat de Walton, le 14 Février, était la date où les anciens Druides accomplissaient prétendument des sacrifices sanglants lors de rituels de fertilité des champs, suivant la croyance que si la force de vie est mise à la terre, la terre la rendra. Les champs de 1944 avaient donné de piètres récoltes, et le printemps de 1945 n'en annonçait pas de meilleure. On savait que Walton emmenait parfois ses gros crapauds quand il labourait, et qu'il les envoyait parfois courir dans les champs. En 1662, une Sorcière écossaise, Isobel Gowdie, avait confessé les mêmes pratiques dans le but de gâter les récoltes.

Peut-être que quelqu'un a pensé que Walton utilisait la sorcellerie pour rendre les champs de ses voisins inféconds. On avait ostensiblement laissé le sang de Walton imprégner la terre après son assassinat. D'après de vieilles croyances, le pouvoir d'une sorcière pouvait être neutralisé en saignant l'intéressée. Bien des Sorcières accusées étaient saignées, cette pratique fut courante dans certaines régions d'Angleterre du 16ème au 19ème siècle.

En 1875, une femme soupçonnée d'être Sorcière à Long Compton, pas très loin de Lower Quinton, fut tuée exactement de la même manière que Walton. Le meurtrier était l'idiot du village, John Haywood, qui était convaincu que la vieille Anne Turner était l'une des seize Sorcières de Long Compton, et qu'elle l'avait ensorcelé. Les champs du coin donnaient également de mauvaises récoltes. Haywood avoua qu'il avait utilisé une fourche pour empaler la vieille femme sur le sol et, avec une faucille, lui trancher la gorge et le torse pour former une croix.

Pour Fabian, le cas devint de plus en plus mystérieux. Il vit lui-même un chien noir descendre en courant la colline de Meon Hill, suivi par un ouvrier agricole. Le chien disparut à sa vue. Fabian questionna l'ouvrier à propos du chien, mais l'homme, terrifié, lui assura qu'il n'y avait pas le moindre chien dans les parages. Plus tard dans la journée, la voiture de police écrasa un chien noir. Le jour suivant, une génisse mourut dans un fossé.

Fabian et ses hommes firent de nombreux prélèvements de cheveux, de vêtements et de sang, et ne trouvèrent pas plus d'explications ou de pistes. Le meurtrier de Charles Walton ne fut jamais découvert.


Lectures conseillées :

Cavendish, Richard, ed. The Encyclopedia of the Unexplained.

Wilson, Colin. The Occult.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.iridescences.com
 
[Traduction] Walton, Charles (1871–1945)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le dictateur - Charles Chaplin 1945
» [Colloque] Littérature jeunesse: Adaptation et traduction
» Toxic de Charles Burns
» La taverne du cheval rouge- Frontier Gal-1945- Charles Lamont
» [Dickens, Charles] Un chant de Noël

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
...Voix d'Ecorce, de Plume et de Sève... :: Oeuvres complètes :: Encyclopédie des Sorcières, de la Sorcellerie et de la Wicca - Rosemary Ellen Guiley-
Sauter vers: