...Voix d'Ecorce, de Plume et de Sève...

Bibliothèque de textes traduits ou d'articles concernant les Traditions de la Déesse et la Sorcellerie, en libre consultation. Ceci est un forum SANS AUCUN COMMENTAIRE, un maximum de textes bruts sont mis en ligne pour une consultation silencieuse.
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ADLER, Margot ( 1946 - )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iridesce
Bibliothécaire
avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: ADLER, Margot ( 1946 - )   Dim 18 Avr - 11:50

ADLER, Margot ( 1946 - )

in l’Encyclopédie des Sorcières, de la Sorcellerie et de la Wicca
copyright Rosemary Ellen Guiley
Traduction et adaptation par Athénais Lune d’Ambre




Païenne américaine, écrivaine et journaliste, Adler est la première à chroniquer en détail l’émergence et l’évolution du Paganisme aux USA. Le résultat de ses recherches, Drawing Down the Moon ( 1979; 1986; 1995 ), constitue un jalon, l’étude méticuleuse d’un mouvement religieux très diversifié et très complexe.

L’intérêt d’Adler pour le Paganisme a commencé avec une fascination très précoce pour les anciennes divinités grecques. Née le 16 avril 1945 à Little Rock, dans l’Arkansas, elle grandit à New York, enfant unique dans une famille non religieuse : son père était athée et sa mère une Juive agnostique. La psychiatrie eut une influence significative sur elle : son père et l’une de ses tantes étaient psychiatres ; son grand-père était le psychiatre renommé Alfred Adler. Sa mère était une éducatrice radicale. ( ndt :les éducateurs radicaux sont des enseignants américains engagés dans la lutte pour une justice sociale dans le système éducatif. )

A l’âge de 12 ans, Adler renoua, à l’école primaire, avec le panthéon des divinités grecques. Elle avait une attirance particulière pour Artémis et Athéna, images de forces et de pouvoir. Plus tard, étudiante en Musique et en Art au Lycée, Adler entama une quête religieuse, visita différentes églises. Elle fut attirée par les Quakers et leur pratique de “parole qui vient du coeur”, et par la splendeur rituelle émouvante de la messe catholique en latin.

La religion laissa ensuite dans sa vie la place à la politique pour quelques années. De 1964 à 1968, Adler fréquenta l’Université de Californie à Berkeley, où elle reçut un diplôme en sciences politiques, et s’engagea de plus en plus dans des activités politiques. Elle participa notamment au Mouvement pour la Liberté d’Expression et séjourna en prison pour avoir manifesté. Elle milita pour le vote des Noirs dans le Mississipi en 1965, fut une activiste contre la guerre au Vietnam, et manifesta à la convention démocrate de Chicago en 1968.

Cette année-là, elle entra également dans le journalisme, d’abord comme volontaire pour les stations de radio radicales/alternatives de la Pacifica Foundation à Berkeley et à New York.

De 1969 à 1970, elle passa sa maîtrise en journalisme à l’Ecole de Journalisme de l’Université de Columbia à New York, puis partit travailler pour WBAI, une station de radio de la Pacifica à Manhattan. En 1971, WBAI envoya Adler à Whasington D.C pour qu’elle y dirige leur nouveau bureau.

C’est à Washington que politique et religion se mêlèrent pour Adler. Elle se consacra à la couverture de problèmes environnementaux, qui stimulèrent son intérêt pour des écrivains de la nature comme Thoreau. Elle vit une connexion entre les problèmes écologiques et la religion : la vision judéo-chrétienne de l’humain perçu comme dominateur dans la création semblait faussée, et avait mené à l’exploitation de la nature et de la terre. Au contraire, le Paganisme et les religions animistes voyaient l’humanité comme partie intégrante de la nature, égale à toutes les autres créatures.

Pendant un voyage en Angleterre, Adler enquêta sur l’histoire des Druides, et durant cette recherche elle découvrit bon nombre d’organisations païennes. The Waxing Moon lui servit d’introduction à la sorcellerie et à la Wicca.

WBAI fit revenir Adler à New York, où elle travailla comme productrice et lança son propre programme en direct, Hour of the Wolf. Elle reçut une lettre de deux Sorcière de l’Essex, en Angleterre, qui vendaient des cassettes de rituels aux souscripteurs de The Waxing Moon. Au départ, l’idée de cassettes audio de Sorcellerie fit à Adler l’effet d’une blague. Elle répondit qu’elle pourrait les diffuser sur son programme de radio.

La première cassette qu’elle reçut était un rituel de Descente de la Lune et une Charge de la Déesse. Il évoquait ses souvenirs d’enfance, les belles Déesses grecques, et dans un moment d’épiphanie, Adler réalisa que l’idée de devenir la Déesse, de prendre du pouvoir personnel, n’était pas seulement réalisable, mais déjà pratiquée par d’autres. Elle commença à chercher à rencontrer de telles personnes.

Au début des années 70, la Sorcellerie contemporaine gagne rapidement de nouveaux adhérents aux USA. Importé d’Angleterre sous l’égide de Raymond et Rosemary Buckland, disciples de Gerald B. Gardner, l’Art était modifié par nombre de covens américains. Adler rejoignit un groupe d’étude à Brooklyn, dirigé par le Coven des Sorcières Traditionnelles Galloises de New York. Un autre groupe essaima à partir de ce coven pour suivre la tradition gardnérienne, et Adler y adhéra. Elle fut initiée prêtresse du premier degré gardnérien en 1973.

Adler resta dans ce coven environ trois ans, puis se tourna vers d’autres horizons. Elle forma le groupe Pagan Way à Manhattan, qui devint un centre informel pour les gens intéressés par la Sorcellerie et le Paganisme.

Ce fut un ami qui présenta Margot Adler à l’agent littéraire Jane Rotrosen, qui lui suggéra d’écrire un livre. Elle hésita un certain temps, puis réalisa qu’elle se tenait “sur un nexus… debout sur une faille de l’univers”. Le temps était venu pour que paraisse un tel livre. Avec l’aide de Rotrosen, Adler développa son projet.

Elle passa trois ans à enquêter et à écrire pour Drawing Down the Moon. Elle voyagea à travers le pays, interviewant plus d’une centaine de personnes et de groupes impliqués dans les communautés wiccanes et païennes. A l’origine, elle prévoyait d’inclure la Grande Bretagne dans son étude, mais les groupes et individus de ce pays se montrèrent assez réticents à participer.

A sa grande surprise, Adler découvrit que le paganisme n’était pas le mouvement spirituel intégré doté de préoccupations environnementales qu’elles avait imaginé. Certains aspects rentraient dans cette image, d’autres étaient radicalement différents. Dix ans plus tard, le mouvement est effectivement mieux intégré et plus concerné par les problèmes écologiques, peut-être en partie à cause des livre d’Adler et de Starhawk.

Adler fut aussi la première à noter la connection entre la renaissance de la Wicca et le mouvement des spiritualités féministes. Dans les éditions les plus tardives de Drowing Down the Moon, elle a parlé du nombre croissant de Païens qui intégrent les églises universalistes unitariennes.

Bien qu’elle reconnaisse être une Sorcière de religion Wicca, Adler préfère se dire elle-même Païenne. Elle considère que le terme Sorcière a tant de connotations négatives qu’il ne pourrait jamais être réclamé comme un terme décrivant le pouvoir féminin et l’indépendance. D’autre part ce qui est présentement pratiqué comme “Sorcellerie” n’a rien en commun avec la “sorcellerie” hérétique des Inquisiteurs.

En 1977, après deux ans de son projet de livre, Adler quitta la WBAI. Elle travailla comme reporter freelance pour la Radio Publique Nationale à Manhattan, puis rejoignit l’équipe de cette station en 1979.

Elle fut prêtresse d’un coven gardnérien pendant cinq ans, jusqu’en 1981, lorsqu’elle obtint une bourse d’études prestigieuse auprès de l’Université de Harvard. Après cela, elle retourna à New York, mais ne rejoignit aucun coven ou groupe païen.

En Juin 1988 Adler épousa son compagnon de longue date, le Dr. John Gliedman, lors d’un handfasting en extérieur dans le Massachusetts. Selena Fox officia lors de la cérémonie légale, menée au sein d’un cercle magique fait de fleurs et de plantes. Adler et Gliedman ont sauté ensemble par-dessus le balai, comme le veut la tradition. Une réception s’en est suivie. Ce mariage fut le tout premier handfasting Wiccan à être publié dans les pages consacrées aux mariages du New York Times. Un fils, Alexander Gliedman-Adler, est né de cette union en 1990.

En 1997, son livre Heretic’s Heart : A Journey Through Spirit & Revolution fut publié. Il parle de son éducation de “bébé à couche rouge” ( ndt : “red diaper baby” désigne un enfant dont les parents sont membres du parti communiste, ou ne cachent pas leur sympathie pour lui. ) et son implication dans les mouvements radicaux des années 60, y compris dans l’émergence du Paganisme. Adler voit davantage cette période comme un ferment d’idées et d’idéaux, et une prise de risque créative, plutôt que comme la fête de la drogue et du sexe que présentent beaucoup de médias comme seul portrait. Heretic’s Heart inclut également la seule correspondance connue entre une étudiante radicale à Berkeley et un soldat américain au Vietnam.

Adler est chef du bureau de Radio Publique Nationale à New York. Elle est correspondante pour All Things Considered et l’Edition du Matin, ainsi que pour Justice Talking, un show national sur les problèmes constitutionnels. Elle présente des lectures et des ateliers, représente le Paganisme et la spiritualité féministe lors de conférences, et conduit des rituels lors d’assemblées. Elle a beaucoup insisté sur l’importance du rituel, non seulement comme une part du culte et des rites de passage, mais comme un moyen pour l’âme humaine de communier avec et de comprendre la création.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.iridescences.com
 
ADLER, Margot ( 1946 - )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Accident d'aviation 1946
» Panzer Waffe 1946
» Fantomas - Jean Sacha 1946
» Au premier jour de Margot
» La Tentation de Barbizon - Jean Stelli 1946

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
...Voix d'Ecorce, de Plume et de Sève... :: Sorcellerie :: Visages de l'Art-
Sauter vers: